Cette page est tirée du site www.geoarchi.net, dans sa version du 18/03/2019 à 21h15

Téléchargez une version imprimable de cette page (PDF)

Mémoires et projets

principes
et objectifs

Qu’est-ce qu’un mémoire ?

Les mémoires de Géoarchi sont assez différents du format pédagogique habituel du mémoire universitaire. Même si le « produit fini » est un document d’une centaine de pages, la question posée doit être en relation directe avec une préoccupation concrète d’aménagement, d’urbanisme ou d’environnement, que les étudiants vont analyser et pour laquelle ils proposeront, sinon une solution, du moins une organisation des questionnements dont les acteurs du territoire pourront se saisir.
Il s’agit donc d’un véritable travail de terrain, où ils rencontreront habitants, élus ou techniciens qui leur livreront les déterminants du problème et leurs points de vue.

Les groupes de travail

Rien n’interdit de réaliser seul un mémoire. Dans la plupart des cas cependant, les étudiants, de formations et de disciplines très variées, peuvent bénéficier de cette diversité en associant leurs compétences dans un groupe de deux ou trois. De même, du côté des enseignants, l’encadrement est assuré dans trois spécialités différentes : c’est ainsi qu’une même question pourra être envisagée sous différents angles, et que pourront être analysées les imbrications souvent complexes entre le droit, le paysage, le montage des opérations, l’économie, la société, etc.

En 3e année de Licence, un mémoire est à produire dans chaque semestre. Au cours des premières semaines, les étudiants en choisissent le thème avec l’aide de l’équipe pédagogique, et mettent au point un « état de la question » bibliographique. Parallèlement à cette première synthèse, le travail de terrain prendra, selon les cas, la forme d’entretiens, de collecte d’archives, ou d’analyses scientifiques. La production du mémoire et la préparation de la soutenance publique, enfin, seront l’occasion de s’exercer à la présentation formelle, depuis la mise en page, les choix iconographiques ou cartographiques, jusqu’à l’expression orale qui conclut le travail.

Master : le temps du projet

Le premier semestre du Master, où nous accueillons des étudiants venus d’autres Licences, est consacré à des mémoires conduits de manière semblable : état de la question, entretiens, collecte de données, etc. Mais l’objectif du travail est différent : le mémoire doit se conclure par un cahier des charges ou un programme, que la même équipe d’étudiants et d’enseignants reprendra au second semestre pour produire un projet d’aménagement.

Le projet est l’occasion d’expérimenter des méthodes différentes, d’imaginer des scénarios alternatifs à partir d’un même problème, d’établir une synthèse ou d’arbitrer entre des exigences multiples et souvent contradictoires. C’est aussi, pour de nombreux étudiants, la découverte de l’usage intensif du croquis et de tous les modes d’expression graphique pour représenter et faire progressivement mûrir les choix d’aménagement qu’ils proposent. Même s’ils n’atteignent pas la précision des projets de maîtrise d’œuvre, ils préfigurent la fabrication d’un cadre de vie dont les futurs aménageurs auront la responsabilité.

Les soutenances sont publi­ques. Si vous souhaitez prendre connaissance du travail des étudiants ou vous informer sur l’Institut, ces trois journées en janvier et en mai sont un moment privilégié. Prochaine session :
2019.

La liste des mémoires et projets en cours est disponible sur la page des soutenances.

UBO-Géoarchitecture · CS 93837
29238 Brest cedex
+33 (0) 298 016 124 · fax-rép. +33 (0) 298 016 721
Toutes nos coordonnées