Cette page est tirée du site www.geoarchi.net, dans sa version du 21/10/2018 à 18h45

Trois ans à Brest ?

La métropole, la Bretagne, les activités


La Bretagne, un contexte exemplaire

La Bretagne occidentale constitue un cadre exceptionnel pour les études et la recherche sur la dynamique des territoires comme pour l’expérimentation des politiques d’aménagement. La qualité et la diversité de ses milieux naturels ne sont plus à vanter : son littoral est un des plus fameux, ses landes et ses marais nourrissent l’imaginaire. Le patrimoine architectural des bourgs ou des campagnes est bien connu et fait même l’image d’une certaine Bretagne, mais il faut tout spécialement insister sur l’intérêt de ses villes : de Saint-Malo à Saint-Nazaire, en passant par Lorient et Brest, les reconstructions ont produit des formes urbaines inédites, dont la valeur patrimoniale est aujourd’hui reconnue.

Nature, campagne et littoral : un contact à préserver

La richesse de ces paysages n’est évidemment pas vouée à la seule contemplation : elles est le ressort et le support d’une économie complexe qui, plus qu’ailleurs, se voit confronter aux exigences du développement durable.

Le littoral, fragile, nécessite protection et gestion précautionneuses, mais il est aussi le fondement d’activités portuaires intenses, d’exploitations halieutiques et conchylicoles, du nautisme et d’un tourisme renouvelé.

Quant aux espaces intérieurs préservés, ils côtoient une agriculture parmi les plus performantes du monde, qui aujourd’hui doit cependant conformer ses performances aux exigences d’une bonne gestion d’un environnement lourdement mis à contribution.

Brest, laboratoire d’urbanisme

Mais un cadre de vie ne vaut que par et pour les hommes, qui le font et l’habitent. À ce titre, Brest peut ainsi se targuer d’être un véritable laboratoire.

En effet, ville nouvelle au XVIIe siècle — créée alors pour être la première place forte du monde —, elle témoigna de l’art urbain d’alors jusqu’à la seconde guerre mondiale. Outre son centre-ville largement reconstruit au terme du conflit, elle fut le champ d’expérimentations garanties aujourd’hui par une aire de valorisation de l’architecture et du patrimoine, qui préserve ses paysages.

Brest, ces dernières années, a aussi ménagé une grande place à la mise en œuvre de projets urbains audacieux avec l’aide d’architectes et d’artistes prestigieux.

Enfin, et peut-être surtout, Brest est désormais le moteur d’un pays de 400 000 habitants qui se constitue et se développe en profitant des nouvelles ressources de l’intercommunalité et de la réinvention des procédures de l’aménagement.

Vingt-cinq mille étudiants dans la ville

« Ce qui est bien, c’est que rien n’est joli », titrait Libération, dans un dossier spécial consacré à Brest. Faute d’avoir le pittoresque d’un village de pêcheurs irlandais, ou d’une "cité de caractère" avec colombage et géraniums, Brest a su trouver d’autres ressources. Et avec ses 25000 étudiants, des acteurs et un public pour une activité ininterrompue, depuis le concert d’accueil (offert par la ville de Brest à chaque rentrée) jusqu’au premier jeudi du Port qui annonce l’été.

Entre temps, les cinémas (festival du film court), les concerts au parc de Penfeld, la saison du Quartz ou les nuits du Mac Orlan auront achevé de vous détourner des études, surtout si vous avez ajouté à ces programmes nocturnes une quelconque activité sportive ou nautique : la rade de Brest et ses clubs accueillent à peu près tout ce qui flotte ou qui plonge, et la météo manque rarement de souffle. Venez donc avec vos palmes, au cas où... Et si l’eau vous inquiète, vous pourrez rester à terre : le stade du Bouguen est sous les fenêtres de l’Institut.

Enfin, s’il vous reste un peu de temps pour dormir, ne craignez nulle crise du logement. En plus des résidences universitaires, Brest est l’une des villes où le logement pose le moins de problèmes. Contactez l’association des étudiants pour vous informer.

Un peu de géographie ?

Bien sûr, si vous habitez Plouzané ou Spézet, vous connaissez à peu près la route. Les autres supposent que c’est en Bretagne ; la carte leur montrera que Brest est presque à la pointe du Finistère, non pas face à l’océan, mais au bord d’une rade et d’un petit fleuve côtier, la Penfeld.

Ce bout du monde est pourtant loin d’être isolé. Brest est au centre d’une Communauté urbaine constituée en 1974, et d’un Pays de Brest qui compte aujourd’hui près de 400 000 habitants. Le TGV mène à Rennes en 2 heures, à Paris en 4 heures, et l’aéroport offre des vols directs pour Paris (8 fois par jour), Marseille, Lyon, Nantes, Toulon, Londres...

Brest en quelques chiffres :
25000 étudiants sur trois sites universitaires
370 000 habitants (pays de Brest), 20 salles de cinéma
500 bars (avec modération...)
Le Quartz, Grande Scène nationale (deux théâtres, galerie d’expositions, studio de danse...)
Océanopolis : 42 aquariums de 50 à un million de litres
45000 licenciés sportifs
2500 hectares d’eau de mer (pour la rade, et tout l’océan si vous avez encore soif...)

Brest en quelques liens :

UBO-Géoarchitecture · CS 93837
29238 Brest cedex
+33 (0) 298 016 124 · fax-rép. +33 (0) 298 016 721
Toutes nos coordonnées